Histoire du bonheur

Faucheux Michel

Qui ne cherche le bonheur et n'en possède une définition ? Aujourd'hui, dans les sociétés occidentales, le bonheur est d'abord une affaire personnelle. L'idée du bonheur, cependant, n'a pas toujours été la même. Elle a varié selon les
Lire plus...
Qui ne cherche le bonheur et n'en possède une définition ? Aujourd'hui, dans les sociétés occidentales, le bonheur est d'abord une affaire personnelle. L'idée du bonheur, cependant, n'a pas toujours été la même. Elle a varié selon les siècles. Ainsi, la civilisation occidentale a été longtemps hantée par la nostalgie du paradis qu'elle a situé comme un jardin des délices quelque part aux confins de la terre. Les Grecs ont imaginé le bonheur comme le résultat d'une sagesse, alors que le Moyen Age l'a identifié au Salut en le situant dans un au-delà de la vie. Alors même que l'homme pénètre dans un nouveau monde, le bonheur va insensiblement changer de sens. Il cesse d'être un sentiment métaphysique. Il s'éprouve, il se goûte, il devient une recherche de soi et une quête de plaisir. L'idée d'un bonheur collectif apparaît avec les Lumières et se poursuit sous la Révolution. Elle sera reprise par le marxisme. Depuis l'effondrement du communisme, une nouvelle vision du bonheur se fait jour. Sa seule référence est la satisfaction de l'individu, la recherche d'un plaisir matériel. Désormais le bonheur est à vendre. Une conclusion que Michel Faucheux ne se résigne pas à faire sienne. Il a la conviction que notre époque nous invite à une nouvelle conversion, à une autre aptitude au bonheur. Biographie de l'auteur : Ancien directeur du Centre des humanités de l'Institut national des sciences appliquées de Lyon, Michel Faucheux est maître de conférences, auteur de plusieurs ouvrages dont La Terre est une légende et Le Tibet de la mémoire (Oxus Editions).
Qui ne cherche le bonheur et n'en possède une définition ? Aujourd'hui, dans les sociétés occidentales, le bonheur est d'abord une affaire personnelle. L'idée du bonheur, cependant, n'a pas toujours été la même. Elle a varié selon les siècles. Ainsi, la civilisation occidentale a été longtemps hantée par la nostalgie du paradis qu'elle a situé comme un jardin des délices quelque part aux confins de la terre. Les Grecs ont imaginé le bonheur comme le résultat d'une sagesse, alors que le Moyen Age l'a identifié au Salut en le situant dans un au-delà de la vie. Alors même que l'homme pénètre dans un nouveau monde, le bonheur va insensiblement changer de sens. Il cesse d'être un sentiment métaphysique. Il s'éprouve, il se goûte, il devient une recherche de soi et une quête de plaisir. L'idée d'un bonheur collectif apparaît avec les Lumières et se poursuit sous la Révolution. Elle sera reprise par le marxisme. Depuis l'effondrement du communisme, une nouvelle vision du bonheur se fait jour. Sa seule référence est la satisfaction de l'individu, la recherche d'un plaisir matériel. Désormais le bonheur est à vendre. Une conclusion que Michel Faucheux ne se résigne pas à faire sienne. Il a la conviction que notre époque nous invite à une nouvelle conversion, à une autre aptitude au bonheur. Biographie de l'auteur : Ancien directeur du Centre des humanités de l'Institut national des sciences appliquées de Lyon, Michel Faucheux est maître de conférences, auteur de plusieurs ouvrages dont La Terre est une légende et Le Tibet de la mémoire (Oxus Editions).
19,80 €

En stock

OU

ÉDITION  : Oxus / RÉFÉRENCE  : 23638 / ISBN  :  9782848980768 / FORMAT : 15 x 24 cm / NOMBRE DE PAGES  :  246 / DATE DE PARUTION  :  09-09-2008


L’auteur

Faucheux Michel

Biographie de l'auteur à venir