Au temps de Babylone

Saggs Henry W. F.

Au temps de sa splendeur, Babylone jouissait d'une réputation légendaire dans le monde méditerranéen. On vantait ses merveilles: ses remparts les plus grands du monde ses obélisques, ses temples, ses superbes bas reliefs et, merveilles des
Lire plus...
Au temps de sa splendeur, Babylone jouissait d'une réputation légendaire dans le monde méditerranéen. On vantait ses merveilles: ses remparts les plus grands du monde ses obélisques, ses temples, ses superbes bas reliefs et, merveilles des merveilles, ses jardins suspendus. La cité de Hammurabi, de Nabuchodonosor, des cent dieux et des mille héros rois, vit, en 323 avant J.C. mourir le grand Alexandre contemplant ce qui demeurait encore de l'image du Paradis. Un Paradis perdu, longtemps enfoui dans les sables, mais dont la dimension mythique avait franchi les siècles. Jusqu'à il y a cent cinquante ans, quand archéologues et chercheurs entreprirent de mettre au jour monuments et oeuvres d'art, de déchiffrer les tablettes cunéiformes, de reconstituer la ville fabuleuse et l'histoire d'un des empires les plus prestigieux que le monde ait connu. Et l'on sait maintenant qu'il y a cinq mille ans, deux peuples, Akkadiens et Sumériens, unis par un commun désir d'aller plus loin, ont commencé l'épopée dont nous sommes issus. Ils ont inventé, siècle après siècle, une manière de croire et de penser, l'écriture, la littérature, les sciences. Ils ont assuré une organisation administrative, tenté d'établir la justice et l'équité. Ils ont véritablement façonné le berceau de notre civilisation, créé les bases essentielles de notre culture. Henry W. E Saggs, professeur à l'université de Cardiff, est l'auteur de nombreux ouvrages sur les civilisations anciennes. C'est un des meilleurs spécialistes de la Mésopotamie et son livre peut être considéré comme une somme sur cette civilisation surgie presque miraculeusement de l'oubli.
Au temps de sa splendeur, Babylone jouissait d'une réputation légendaire dans le monde méditerranéen. On vantait ses merveilles: ses remparts les plus grands du monde ses obélisques, ses temples, ses superbes bas reliefs et, merveilles des merveilles, ses jardins suspendus. La cité de Hammurabi, de Nabuchodonosor, des cent dieux et des mille héros rois, vit, en 323 avant J.C. mourir le grand Alexandre contemplant ce qui demeurait encore de l'image du Paradis. Un Paradis perdu, longtemps enfoui dans les sables, mais dont la dimension mythique avait franchi les siècles. Jusqu'à il y a cent cinquante ans, quand archéologues et chercheurs entreprirent de mettre au jour monuments et oeuvres d'art, de déchiffrer les tablettes cunéiformes, de reconstituer la ville fabuleuse et l'histoire d'un des empires les plus prestigieux que le monde ait connu. Et l'on sait maintenant qu'il y a cinq mille ans, deux peuples, Akkadiens et Sumériens, unis par un commun désir d'aller plus loin, ont commencé l'épopée dont nous sommes issus. Ils ont inventé, siècle après siècle, une manière de croire et de penser, l'écriture, la littérature, les sciences. Ils ont assuré une organisation administrative, tenté d'établir la justice et l'équité. Ils ont véritablement façonné le berceau de notre civilisation, créé les bases essentielles de notre culture. Henry W. E Saggs, professeur à l'université de Cardiff, est l'auteur de nombreux ouvrages sur les civilisations anciennes. C'est un des meilleurs spécialistes de la Mésopotamie et son livre peut être considéré comme une somme sur cette civilisation surgie presque miraculeusement de l'oubli.
22,30 €

En stock

OU

ÉDITION  : Oxus / RÉFÉRENCE  : 23662 / ISBN  :  9782848981055 / FORMAT : 15 x 24 cm / NOMBRE DE PAGES  :  256 / DATE DE PARUTION  :  19-08-2008


L’auteur

Saggs Henry W. F.

Biographie de l'auteur à venir